Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil de mon site - OUVRE UNE NOUVELLE FENÊTRE)
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil de mon site - OUVRE UNE NOUVELLE FENÊTRE)
Hans SWAROWSKY - Cliquer sur la photo pour une vue agrandie et les références
Hans Swarowsky portant l'ordre autrichien «Ehrenzeichen für Wissenschaft und Kunst», 16.09.1974 - Cliquer sur la photo pour voir l'original et ses références
Jean-Pierre Rampal, portrait datant de mai 1965, Aufn.-Nr.: df_hauptkatalog_0161566, Deutsche Fotothek - Cliquer sur la photo pour pour voir l'original et ses références
Kopf Bild Swarowsky 155 250
Wolfgang Amadeus MOZART
Concerto pour flûte et orchestre No 2 en ré majeur, KV 314 (285d)
Jean-Pierre RAMPAL
Orchestre de la Suisse Romande
Hans SWAROWSKY
19 octobre 1962, Victoria-Hall, Genève

De l’automne 1777 au début 1778, Wolfgang Amadeus Mozart parcourait l’Allemagne à la recherche de commandes et de concerts, espérant même une nomination dans l’une des cours princières. C'est ainsi qu'il séjourna à Mannheim, et se lia d'amitié avec Johann Baptist Wendling - le flûtiste de l'orchestre de cette ville - qui lui procura une commande de Willem van Britten de Jong (aussi connu sous le nom de Ferdinand De Jean), un riche commerçant et amateur de flûte néerlandais. De Jean lui commanda ainsi deux concertos pour flûtes qui devaient faire partie de «trois petits concertos courts et faciles ainsi que deux quatuors avec flûte». Le concerto pour flûte et orchestre en ré majeur, KV 314, est le deuxième de cette commande.

"[...] Dans les deux concertos – ni courts, et encore moins faciles – le compositeur dresse un véritable catalogue de la technique de l’instrument et de ses possibilités expressives. [...] Mozart fut pressé d’achever le Concerto en ré majeur afin d’être payé un an plus tôt par Dejean. Il reprit ainsi le Concerto pour hautbois en ut majeur K.314/271k, dont il fit quelques arrangements dont la transposition un ton plus haut. Mozart n’aurait pas dû commettre une telle indélicatesse! Ce fut le sentiment qu’éprouva Dejean qui, hélas, entendit les deux oeuvres… Furieux, il ne paya que 96 florins à Mozart sur les 200 escomptés. Cet «auto plagiat» du musicien a pourtant séduit depuis bien des flûtistes et tout autant le public. [...]"

Le concerto pour hautbois et celui pour flûte portent les mêmes désignations dans le catalogue Koechel. La version pour flûte diffère toutefois nettement de l'original pour hautbois, ou plus exactement de ce que l'on suppose être, la partition manuscripte pour hautbois n'existant plus.

" [...] La partition s’ouvre par un Allegro dansant, jouant à la fois d’une marche dynamique et, pour le second thème, d’une idée pastorale. Elle culminera dans la belle cadence finale.
Après cette page d’une belle virtuosité, l’Andante ma non troppo paraît davantage inspiré par l’esprit de l’aria. Comment ne pas imaginer le chant d’une soprano colorature? L’orchestre fait davantage que de mettre en valeur le soliste: il lui assure un dialogue des plus raffinés.
Le finale, Rondo allegro est à la fois élégant et guilleret. C’est l’un des thèmes mozartiens si difficile à oublier, même longtemps après l’avoir entendu en concert! Mozart s’amuse ici à jouer avec le souffle du soliste qui doit tenir des phrases d’une longueur inhabituelle.
[...]" cité d'un texte de Stéphane Friédérich publié dans ce programme d'un concert mentionné sur le site www.onpl.fr.

Le 19 octobre 1962 Hans SWAROWSKY donnait un concert avec l'Orchestre de la Suisse Romande et Jean-Pierre RAMPAL en soliste. Au programme de ce concert organisé par la Ville de Genève et la Radio Suisse Romande:

     ●   Ludwig van Beethoven, Ouverture de «Léonore» No 3
     ●   Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour flûte et orchestre No 2
     ●   André Jolivet, concerto pour flûte et cordes
     ●   Zoltan Kodaly, Danses de Galanta
     ●   Richard Strauss, Till Eulenspiegel

Voici donc...

Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour flûte et orchestre No 2 en ré majeur, KV 314 (285d), Jean-Pierre Rampal, Orchestre de la Suisse Romande, Hans Swarowsky, 19 octobre 1962, Victoria-Hall, Genève

   1. Allegro aperto             07:28 (-> 07:28)
   2. Andante ma non troppo      07:41 (-> 15:09)
   3. Allegro                    05:16 (-> 20:25)

Provenance: Radiodiffusion, Archives RSR resp. RTS

que vous pouvez obtenir en...

pour un téléchargement libre, depuis mon site

3 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.