Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil de mon site - OUVRE UNE NOUVELLE FENÊTRE)
Jacques Dumont, 1er violon, Maurice Crut, 2e violon, cliquer pour une vue agrandie
Robert Salles, violoncelle et Léon Pascal, alto, cliquer pour une vue agrandie
page de titre du manuscrit autographe de la partition ayant appartenu à Émile Lemoine, cliquer pour une vue agrandie
détail de la page de titre du manuscrit autographe de la partition ayant appartenu à Émile Lemoine, cliquer pour une vue agrandie
Kopf Bild Pascal Quatuor 155 250
Camille SAINT-SAENS
Septuor en mi bémol majeur op. 65 pour trompette,
violon I, violon II, alto, violoncelle, contrebasse et piano
Roger DELMOTTE, trompette
Jeanne-Marie DARRÉ, piano
Gaston LOGEROT, contrebasse
Quatuor PASCAL
Théâtre des Champs-Élysées, Paris, 28 décembre 1951

Pour leur première publication de cette oeuvre en édition critique, les Éditions Henle écrivaient:

"[...] Commande de la société parisienne de musique de chambre «La Trompette», le Septuor fut composé entre 1879/1880. Saint-Saëns avait fait pendant de nombreuses années la fine bouche avant de répondre à la demande du fondateur de cette société, Émile Lemoine: «Je te ferai un concerto de 25 guitares, avec trompette, c'est impossible».

Cette oeuvre surprend tant par son instrumentation pour trompette, quintette à cordes et piano suggérée par Lemoine, que par ses réminiscences stylistiques aux suites de l'époque baroque. En raison de sa musique très accessible, le Septuor en quatre mouvements devint rapidement populaire et engendra par la suite de nombreuses oeuvres néo-baroques. Il est publié pour la première fois en édition critique.
[...] cité de cette page du site www.henle.de

Cette société «La Trompette» avait été fondée en 1867 par le mathématicien et musicien amateur Émile Lemoine (1840–1912). Les concerts avaient lieu dans la Salle Érard, puis plus tard dans la salle de la Société d'horticulature, rue de Grenelle. Camille Saint-Saëns participait souvent à ces concerts.
SaintSaens Op65 Genese partition autographe
Camille Saint-Saëns a donc dédié son septuor à son ami Émile Lemoine. Dans le manuscrit autographe qu'il lui avait offert, Émile Lemoine a noté ainsi la genèse du septuor (au bas de la page de titre, reproduite ci-dessus):

"[...] Voici l'historique de ce morceau. Depuis de longues années je tracassais mon ami St.Saëns en lui demandant de me composer, pour nos soirées de la trompette, une oeuvre sérieuse où il y ait une trompette mêlée aux instruments à cordes et au piano que nous avions ordinairement; il me plaisanta d'abord sur cette combinaison bizarre d'instruments répondant qu'il ferait avant un morceau pour guitare et treize trombones etc.
En 1879 il me remit (le 29 Décembre), sans doute pour mes étrennes, un morceau pour trompette, piano, quatuor et contrebasse, intitulé Préambule et je le fis jouer le 6 Janvier 1880 à notre première soirée. L'essai plut sans doute à Saint-Saëns car il me dit en sortant: "Tu auras ton morceau complet, le Préambule en sera le 1er mouvement." Il a tenu parole et le septuor complet (dont je donne le manuscrit autographe à la bibliothèque du Conservatoire, a été joué pour la première fois le 28 Décembre 1880 (Début de nos soirées de la saison). Les artistes étaient: M. Teste (trompette) l'auteur (piano); le quatuor MM. Marsick, Rémy, van Waefelghem et Delsart doublé d'un second quatuor: MM. Mendels, Austruy, Wolff et Hegyesi, Contrebasse M. Dereul. Ce septuor peut naturellement se jouer avec un seul instrument pour chaque partie des cordes mais il fait (de l'avis de l'auteur) meilleur effet si le quatuor est doublé! Il est très beau avec l'orchestre, je l'ai entendu ainsi aux Concerts Colonne. Paris le 2 avril 1894 E. Lemoine
[...]"

Cité d'après: Camille Saint-Saëns, «1835-1921 - A thematic catalogue of his complete works - Volume I: The instrumental works» de Sabina Teller Ratner, Oxford 2002, page 175-176. Ce manuscrit autographe MS 536 peut être visualisé à partir de cette page du site de la BNF.

L'oeuvre remporte immédiatement un grand succès: la première édition paraît en mars 1881, chez Durand, Schoenewerk & Cie à Paris, la page de titre mentionnant déjà des transcriptions de l'oeuvre! L'une, de l'auteur, pour trio avec piano; l'autre, de Gabriel Fauré, pour piano à quatre mains, qui seront publiées à l'automne 1881. Plus tard s'en ajouteront bien d'autres, commandées par l'éditeur. Dès 1900, l'oeuvre fait partie des pages de Saint-Saëns les plus connues et s'est imposée dans toute l'Europe.

"[...] Non seulement l'instrumentation de ce Septuor est inhabituelle, mais aussi sa conception musicale. Saint-Saëns y a délibérément tourné le dos au modèle allemand de compositeurs tels que Beethoven ou Schumann, qui, en musique de chambre, était la norme en France à cette époque, pour revenir aux formes et aux genres de l'époque baroque – notamment du style français. Ainsi s'abstient-il de tout développement thématique ou motivique au profit de séquences, ou de successions d'épisodes, et il adopte une simplicité presque provocatrice dans la conduite des voix et l'harmonie, une simplicité alors complètement nouvelle qui allait susciter toute une série d'oeuvres «dans le style ancien» de divers compositeurs. Le Septuor n'est cependant pas une simple imitation de musique «ancienne»: avec le recul, on peut voir dans ses subtils liens thématiques entre les mouvements et ses petits décalages entre mélodie et harmonie des signes avant-coureurs du néoclassicisme. [...]" cité de la préface à l'édition Henle, un texte de Peter Jost, Munich, printemps 2015.
SaintSaens Op65 Titre Pathe 1
Le Quatuor Pascal enregistra cette oeuvre le 28 décembre 1951 au Théâtre des Champs-Élysées de Paris; elle paraît sur 78 tours Pathé CPTX 1100-1103 (données de la discographie de Michael Gray), que l'on retrouve mentionné dans le 3e supplément du WERM, page 391, lors de la réédition sur deux 45 tours Pathé 45-D.8001: "[...]  J-M. Darré, R. Delmotte, Pascal Qtt. & G. Logerot (4ss) Pat.D 8001/2  [...]". L'enregistrement fut réédité un peu plus tard sur le disque 33 tours Pathé 33 DTX 252, au verso du disque en complément du 5e concerto pour piano, Op. 103, interprété par Jeanne-Marie Darré et l'Orchestre National de la Radiodiffusion Française sous la direction de Louis Fourestier.
SaintSaens Op65 Titre Pathe 2
L'enregistrement qui vous est proposé sur cette page provient d'une émission de la radio, du temps des programmes soignés, diffusés dans une bonne qualité sonore, le CD n'existait pas encore, l'internet non plus...
Aujourd'hui... avec ce qui est nommé progrès technique... il y a certes toujours des émissions intéressantes, mais diffusées en mauvaise qualité sonore, un son généralement comprimé à outrance, en 128 kbps, rarement meilleur, soit très nettement moins bon que la qualité standard CD... Pas seulement chez nous, aussi dans tous les autres pays. Une mauvaise langue dirait... si vous voulez mieux, faut acheter le CD, ou le DVD...
Il est quand-même assez aberrant de devoir constater qu'au siècle passé la qualité du son radiodiffusé était nettement meilleure, correspondant souvent au moins à la qualité du son CD. Heureusement que j'ai commencé d'enregistrer sur bandes déjà vers la fin des années 1960, alors que j'étais étudiant, et que j'ai donc ainsi constitué une bonne phonotèque personnelle.

Revenons à Camille Saint-Saëns et son septuor, dans une belle interprétation!

Voici donc...

Camille Saint-Saens, Septuor en mi bémol majeur op. 65 pour trompette, violon I, violon II, alto, violoncelle, contrebasse et piano, Roger Delmotte, trompette, Jeanne-Marie Darré, piano, Gaston Logerot, contrebasse, Quatuor Pascal, enregistré au Théâtre des Champs-Élysées de Paris le 28 décembre 1951

   1.  Préambule - Allegro moderato                        04:26
   2.  Menuet - Tempo di minuetto moderato                 04:44
   3.  Intermède - Andante                                 04:38
   4.  Gavotte et Final - Allegro non troppo, Piu allegro  03:46


Provenance: Radiodiffusion, probablement disque 33 tours Pathé 33 DTX 252
que vous pouvez obtenir en...
pour un téléchargement libre, depuis mon site

4 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.

SaintSaens Op65 page titre partition autographe
Page de titre du manuscrit autographe de la partition
ayant appartenu à Émile Lemoine