Paul KLETZKI en octobre 1946 à Paris, site PARISENIMAGES, © Boris Lipnitzki / Roger-Viollet, utilisation autorisée dans le cadre de l’illustration de sites internet personnels à vocation non commerciale
Paul KLETZKI en octobre 1946 à Paris, site PARISENIMAGES, © Boris Lipnitzki / Roger-Viollet, utilisation autorisée dans le cadre de l’illustration de sites internet personnels à vocation non commerciale
Paul KLETZKI en octobre 1946 à Paris, site PARISENIMAGES, © Boris Lipnitzki / Roger-Viollet, utilisation autorisée dans le cadre de l’illustration de sites internet personnels à vocation non commerciale
Paul KLETZKI en octobre 1946 à Paris, site PARISENIMAGES, © Boris Lipnitzki / Roger-Viollet, utilisation autorisée dans le cadre de l’illustration de sites internet personnels à vocation non commerciale
Kopf Bild Kletzki Paul 155 250
Les photos à droite et à gauche - Paul KLETZKI en octobre 1946 à Paris - proviennent du site PARISENIMAGES, © Boris Lipnitzki / Roger-Viollet, utilisation autorisée dans le cadre de l’illustration de sites internet personnels à vocation non commerciale.

Courte biographie
21.03.1900, Lodz - 05.03.1973, Liverpool
Chef d'orchestre et compositeur polonais, naturalisé suisse

De 1914 à 1919 Paul Kletzki (Pawel Klecki) fait partie de l'Orchestre philharmonique de Lodz. Il se rend ensuite à Varsovie, où il étudie au Conservatoire National, le violon avec Emil Mlynarski et la composition avec Juliusz Wertheim. À partir de 1921 il poursuit ses études à Berlin, où il fait ses débuts de chef d'orchestre en 1923. Dans son travail de compositeur il est soutenu par Toscanini, puis par Furtwängler, qui lui permettra même de diriger l'Orchestre philharmonique de Berlin en 1925. En 1933 il quitte toutefois Berlin, suite à la politique antisémite croissante des dirigeants nationaux-socialistes allemands.

Débute pour lui une période d'émigrations successives: il enseigne d'abord la composition à Venise, puis dirige l'Orchestre philharmonique de Kharkovà (ville de l'est de l'Ukraine); à cause de l'oppression croissante du régime stalinien, il retourne en Italie, enseignant à la Scuola Superiore di Musica de Milan (1935-1938). Le régime mussolinien d'obédience fasciste provoque, à nouveau, son départ. Il se fixe alors en Suisse (en 1928, Paul Kletzki avait épousé Hildegard Woodtli - de nationalité suisse), où il enseigne au conservatoire de Lausanne (1944-1945) et est naturalisé suisse en 1947.

Paul Kletzki a eut le destin tragique de devoir fuire devant trois dictatures - Hitler, Mussolini, Staline - et de perdre une grande partie de sa famille dans les camps d'extermination.

Pendant les années d'après-guerre Paul Kletzki mène avant tout une carrière de chef invité, avec ensuite des postes fixes:

- 1952 - 1955, dirige l'Orchestre Philharmonique d'Israel
- 1954 - 1955, «appointed chief conductor» du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra
- 1958 - 1961, directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Dallas
- 1965 - 1968, chef de l'Orchestre symphonique de Berne
- 1967 - 1970, chef de l'Orchestre de la Suisse Romande (succession d'Ernest Ansermet)

Comme compositeur, on lui doit notamment un concerto pour piano, un concerto pour violon, quatre quatuors à cordes, trois symphonies, dont l'émouvante Troisième Symphonie «In Memoriam», achevée en octobre 1939, qui rend hommage aux victimes du nazisme. Voir  ce fichier pdf pour une liste de ses oeuvres.

Paul Kletzki a dirigé les premières auditions de nombreuses oeuvres contemporaines, par exemple la symphonie No 5 de Alexandre Tansman (1943), qui lui est dédiée, la Sinfonietta Op. 51 de Raffaele Alessandro (1946), des oeuvres de Darius Milhaud (Symphonie No 11 en 1960) et Pierre Wissmer (Symphonie No 3, 1956, L'Enfant et la rose, 1961, Symphonie No 4, 1964).

Son légat est administré par la Zentralbibliothek de Zurich.


Retour au répertoire Paul KLETZKI