Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil de mon site - OUVRE UNE NOUVELLE FENÊTRE)
Arthur HONEGGER, Paris, 1949, ParisEnImages © Boris Lipnitzki/Roger-Viollet, Cliquer sur la photo pour l'original et ses références
Arthur HONEGGER, Paris, 1949, ParisEnImages © Boris Lipnitzki/Roger-Viollet, Cliquer sur la photo pour l'original et ses références
Arthur HONEGGER, Paris, 1949, ParisEnImages © Boris Lipnitzki/Roger-Viollet, Cliquer sur la photo pour l'original et ses références
Arthur HONEGGER, Paris, 1949, ParisEnImages © Boris Lipnitzki/Roger-Viollet, Cliquer sur la photo pour l'original et ses références
Kopf Bild Honegger Arthur 155 250
Les portraits d' Arthur HONEGGER à droite et à gauche proviennent du site ParisEnImagescliquer sur les photos pour voir les originaux et leurs références. 
Courte biographie
10 mars 1892, Havre - 27 novembre 1955, Paris
Compositeur de nationalité suisse, parisien d’adoption

Les parents d'Arthur Honegger étaient tous deux d’origine zurichoise. Attiré dès l’enfance par la musique, il reçoit au Havre des leçons de violon puis, au cours d’un séjour à Zurich (1909-1911), il suit au Conservatoire de cette ville les cours de W. de Boer pour le violon et de L. Kempter pour la théorie musicale. Le directeur du Conservatoire, Friedrich Hegar, s’intéresse à lui et lui conseille de se vouer à la musique.

De 1911 à 1913, Honegger se rend chaque semaine du Havre à Paris pour y étudier au Conservatoire le violon avec Lucien Capet, l’orchestration avec Widor et la direction avec Vincent d’Indy. À cette époque déjà, il commence à composer. Mais c’est surtout après la Première Guerre mondiale qu’il attire l’attention. Il se lie d’amitié avec Darius Milhaud et, en 1920, le Groupe des Six est créé sous l’égide de Jean Cocteau, auquel il participe aux côtés de Georges Auric, Louis Durey, Germaine Tailleferre, Francis Poulenc et Darius Milhaud:

Le groupe des Six et Jean Cocteau. De gauche à droite, debout : Georges Auric,  Arthur Honegger, Jean Cocteau, Louis Durey. Assis : Germaine Tailleferre, Francis Poulenc et  Darius Milhaud. Paris, décembre 1951

Les Ballets suédois s’adressent à Arthur Honegger pour «Skating-Rink» et il collabore à l’élaboration de la farce de Jean Cocteau intitulée «Les Mariés de la Tour Eiffel». Il compose aussi plusieurs musiques de scène, comme le «Dit des Jeux du Monde», commandé par Jane Bathori.

Mais, davantage que «Horace victorieux» et ses premières sonates, c’est le «Roi David» qui va mettre Honegger au premier plan des compositeurs de son temps. Il réussit le tour de force de composer cette partition, commandée par le Théâtre du Jorat (Mézières, Vaud), en deux mois. Dès lors, la vie de Honegger est celle de ses oeuvres. Il publie un nombre considérable d’oeuvres dramatiques, dont «Judith», créé au Théâtre du Jorat, et «Jeanne d’Arc au bûcher», créé à Bâle, sont les principaux sommets. Une opérette, «Les aventures du Roi Pausole», obtient un succès considérable.

Une période féconde de son existence est celle de sa collaboration avec Paul Claudel qui écrit les textes de «Jeanne d’Arc au bûcher» et de «La Danse des Morts». Dans le domaine symphonique et de la musique de chambre, Honegger a également beaucoup produit. Citons 5 symphonies, dont la Symphonie n° 3 (Liturgique) a été créée à Zurich le 17 août 1946 et la Symphonie n° 4 (Deliciae Basilienses), créée à Bâle le 21 janvier 1947 par l'Orchestre de chambre de Bâle, dirigé par Paul Sacher.

Arthur Honegger est aussi l'auteur de plusieurs ballets, d'oeuvres radiophoniques et de la musique pour une quarantaine de films.

Source: Schweizer Musiker-Lexikon - Dictionnaire des Musiciens Suisses, Atlantis Verlag Zürich, 1964

Pour plus de détails voir par exemple la courte biographie du site www.contrechamps.ch - pour une biographie très détaillée cette page du superbe site qui lui est consacré: http://arthur-honegger.com/fr/.
Retour au répertoire Arthur HONEGGER