Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil de mon site - OUVRE UNE NOUVELLE FENÊTRE)
La jeune Clara HASKIL, probablement dans les années 1940 (après qu'elle se soit réfugiée en Suisse), le photographe «Fr.Schmelhaus Zürich» (signature en relief au bas de la photo, à droite) ayant été actif jusque vers 1947, cliquer pour une vue agrandie
Clara HASKIL et son chat Jérôme, cliquer pour une vue agrandie
Clara HASKIL, cliquer pour une vue agrandie
Kopf Bild Haskil Clara 155 250
Courte biographie
7 janvier 1895, Bucarest - 7 décembre 1960, Bruxelles
Pianiste d'origine roumaine, de nationalité suisse

Enfant prodige, Clara Haskil étudie dès 1902 à Vienne auprès de Richard Robert, en 1905 elle est admise au Conservatoire de Paris à l'âge de dix ans, étudie entre autres auprès de Joseph Morpain, d'Alfred Cortot, de Lazare Lévy. Premier prix de violon (*) et deuxième prix de piano en 1909, premier prix de piano en 1910, elle doit interrompre sa carrière en raison d'une grave scoliose, maladie qui la marquera hélas pour toujours. À partir de 1914, elle doit suivre un traitement à Berck-sur-Mer, durant quatre ans. Puis elle séjourne une première fois en Suisse - qui va plus tard être sa seconde patrie - durant sa convalescence.

(*) concours de l'Union française de la jeunesse présidé par Jacques Thibaud. Pendant ses études Clara Haskil étudiait le violon et le piano.

Quelques repères:

- 1921, Clara Haskil recommence à jouer en public

- 1927 - 1940, habite à Paris de 1927 à 1940, travaille et donne des concerts avec d'illustres musiciens, entre autres Eugène Ysaÿe - avec qui elle donne en concert l'intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven -, Georges Enesco avec lequel elle forme un duo.

- dès les années 1930, récitals en Suisse, en Belgique et aux Etats-Unis, ses débuts sont toutefois difficile, le public ne reconnaissant d'abord pas sa vraie valeur: Clara Haskil n’était pas photogénique: "une figure de petit animal traqué sur un corps déformé par la scoliose". "Elle n’avait de beauté physique que dans ses mains, quand elle les mettait en lumière pour rendre à Mozart, Haydn, Beethoven, l’écho pianistique le plus juste"

- 1942, tumeur du nerf optique, grave opération à Marseille, heureusement pleine de succès. La même année elle se réfugie en Suisse, à Vevey. Clara Haskil se trouva un domicile définitif au 14 du quai Perdonnet: son souvenir y est pérennisé par une plaque commémorative, une statue, une ruelle proche qui porte son nom

- 1949, obtient la nationalité suisse

- 1950, après le premier festival de Prades, où Clara Haskil est l'invitée de Pablo Casals, sa carrière internationale démarre vraiment. En parallèle de ses tournées en Europe, aux Etats-Unis, à travers le monde, elle participe activement à la vie musicale en Suisse, tout particulièrement à celle de Vevey

- 1957, Chevalier de la Légion d'honneur

En se rendant à Bruxelles en 1960 pour y retrouver Arthur Grumiaux, elle chute dans les escaliers de la gare du Midi, elle décède le 7 décembre. Elle est enterrée au Cimetière du Montparnasse à Paris, près de ses deux soeurs.

En 1963, premier Concours international de piano Clara Haskil qui se tiendra tous les deux ans à Vevey. Voir le site qui lui est dédié pour plus d'informations

Un fonds Clara Haskil est administré par la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, voir cette page de la BCUL

Quelques célèbres phrases sur Clara Haskil…

Gabriel Fauré, alors que Clara Haskil étudiait au Conservatoire de Paris, la félicita après l'avoir entendu jouer une de ses pièces, Thème et variations: «Je ne savais pas qu'il y avait autant de musique dans ce que j'avais écrit!»

Dans un journal viennois: «Clara Haskil a été envoyée sur terre pour jouer Mozart»

Charlie Chaplin - qui habitait aussi Vevey: «J'ai connu trois génies dans ma vie: Einstein, Churchill et Clara Haskil»


Retour au répertoire Clara HASKIL



La jeune Clara HASKIL, probablement dans les années 1940 (après qu'elle se soit réfugiée en Suisse), le photographe «Fr.Schmelhaus Zürich» (signature en relief au bas de la photo, à droite) ayant été actif jusque vers 1947
D'après cette page en langue allemande du site de.foto-ch.ch: Franz Schmelhaus, Variante du nom: Franz Schmehlhaus, activité: Zürich ZH "[...] um 1917 - um 1947, Lehrmeister von Gertrud Stahel (1930–1932), Mitglied Schweizerischer Photographen Verband (SPhV) (1917–1947) [...]".