Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil de mon site - OUVRE UNE NOUVELLE FENÊTRE)
Recto de la pochette du disque MMS-192, cliquer pour une vue agrandie
Étiquette recto du disque MMS-192, cliquer pour une vue agrandie
Étiquette verso du disque MMS-192, cliquer pour une vue agrandie
Recto de la pochette du disque MMS-2156, cliquer pour une vue agrandie
Recto de la pochette du disque MMS-996, édition italienne, cliquer pour une vue agrandie
Recto de la pochette du disque MMS-996, édition anglaise/USA, cliquer pour une vue agrandie
Kopf Bild Goehr 155 250
Peter TSCHAIKOWSKI
5 pièces du ballet «La belle au bois dormant», Op. 66
Orchestre de l'Opéra de Rome
Walter GOEHR
MMS-192

«La Belle au bois dormant», Opus 66, est un ballet en un prologue, trois actes et cinq tableaux que Peter Tschaikowski composa en 1888, sur une idée de Ivan Vsevolojski, le directeur des Théâtres impériaux de Saint-Pétersbourg, inspiré du conte de Charles Perrault et des frères Grimm. Il fut donné en première audition publique le 15 janvier 1890 au Théâtre Mariinsky de cette ville, sur une chorégraphie de Marius Petipa.

En 1899, cinq pièces de ce ballet furent publiées à Moscou par l'éditeur Jurgenson comme Suite, Op. 66A: «Ouverture», «Adagio», «Pas de caractère», «Panorama» et «Valse»:

- «Ouverture»: Dans l'introduction du ballet, Peter Tschaikowski souligne la lutte entre le mal survolté et le bien nostalgique: "[...] des accords non résolus en coups de tonnerre pour la fée Carabosse et le premier des trois traitements en mi majeur de la promesse douce-amère de la Fée des Lilas, la mélodie étant ici confiée à la flûte et au cor anglais. [...]". La première partie de l'ouverture reprend le début de cette introduction (les mesures 1 à 27 d'après cette page du site de l'IMSLP), puis enchaîne sur une adaptation de l'apparition de la Fée Lilas (qui termine le prologue du ballet).

- «Adagio»: il s'agit de la première partie du No 8 du ballet, au premier acte, «Pas d’Action a) Adagio. Andante – Adagio maestoso – Più mosso –Tempo I – Molto sostenuto, quasi più andante – Tempo I». Cet Adagio symphonique est très connu, avec son solo de harpe au début. "[...] Aurore reçoit à tour de rôle une rose de chaque prince, en pointe: l’un des défis suprêmes du répertoire de la prima ballerina. En guise de contraste, survient une autre danse gracieuse en trilles pour les Demoiselles d’honneur, avec une variante exubérante pour les Pages. Puis une variation en solo pour Aurore est dominée par un violon solo et complétée par une cadence destinée à compenser celle de la harpe dans l’Adagio, premier d’une longue liste d’hommages importants au talent du grand violoniste Leopold Auer (1845 – 1930). La Coda est douce, mais l’inquiétude est soulignée par les figures de triolets aux trompettes lorsqu’une vieille femme qui vient juste d’apparaître donne un fuseau à Aurore. Fascinée, celle-ci danse avec ce fuseau sur une valse qui est une variante de la mélodie de la coda [...]"

- «Pas de caractère»: c'est le no 24 du ballet, au 3e acte, «Pas de Caractère (Le Chat botté et la Chatte blanche). Allegro moderato»: "[...] Le Chat botté de Perrault courtise la Chatte blanche qui crache sur des miaulements de hautbois, de bassons et (ensuite) de cor anglais frisant tout d’abord l’atonalité. [...]"

- «Panorama»: le No 17 du ballet, au 2e acte, «17 Panorama. Andantino»: "[...] La Fée des Lilas transporte le Prince dans son bateau vers la mystérieuse forêt qui enchâsse le château et la cour de Florestan XIV. Le Panorama est typique de Tchaïkovski dans sa plus simple expression, tirant sa magie du mouvement à l’unisson des violons au travers de fractions de gammes descendantes et ascendantes. Une brume épaisse enveloppe la Fée et le Prince de glissandi tourbillonnants de harpe. [...]"

- «Valse»: le très célèbre No 6 du ballet, au premier acte, «6 Valse. Allegro (Tempo di Valse)»: "[...] Ce numéro est généralement appelé la “valse des guirlandes” en raison de la chorégraphie originale de Petipa (inévitablement conservée dans de nombreuses productions). Le thème principal est particulièrement retentissant sur la corde de sol des violons. [...]"

Les citations ci-dessus proviennent d'un texte de David Nice - dans une traduction de Marie-Stella Pâris - publié en 2012 dans la brochure du CHSA 5113(2) de Chandos.


Dans l'enregistrement publié sur le recto de ce disque 10" MMS-192, Walter GOEHR dirige un orchestre nommé «Orchestre de l'Opéra de Rome», plus exactement «Orchestra Del Teatro Dell'Opera Di Roma» - voir la pochette du disque MMS-996 dans l'édition italienne. Fondé en 1880 sous le nom de «Teatro Costanzi», l'opéra de Rome fut renommé «Teatro Reale dell’Opera di Roma» en 1928, puis reçut son nom actuel «Teatro Dell'Opera Di Roma» en 1946, à la chute de la monarchie italienne.

Sur le verso de ce disque se trouvent 4 autres pièces du même ballet - les No 1, 3, 25 et 30 -, mais avec l'«Orchestre des Concerts de Paris» dirigé par Gianfranco RIVOLI.

L'enregistrement fut réédité au moins deux fois:

- partiellement sur le petit disque 7" MMS-996: les 1ère et 5e pièces sur le recto du disque, les 2e et 4e pièces sur l'autre face
- en entier sur le verso du disque MMS-2156, complété avec la valse de la Suite no 2 en ut majeur, op. 53 - également avec Walter Goehr, mais dirigeant l'Orchestre Symphonique de Winterthur (sur le recto: 6 pièces du ballet «Le Lac des cygnes», op. 20, également avec l'Orchestre de l'Opéra de Rome dirigé par Walter Goehr).

Voici donc...


Peter Tschaikowski, 5 pièces du ballet «La belle au bois dormant», Op. 66, Orchestre de l'Opéra de Rome, Walter Goehr, MMS-192

   1. Ouverture            04:04 (-> 04:04)
   2. Adagio               05:27 (-> 09:31)
   3. Pas de caractère     01:14 (-> 10:45)
   4. Panorama             02:45 (-> 13:30)
   5. Valse                04:12 (-> 17:42)

Provenance: MMS-192

que vous pouvez obtenir en....

pour un téléchargement libre, depuis mon site

5 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.

Étiquette recto du disque 10" MMS-192

Étiquette verso du disque 10" MMS-192

Recto de la pochette du disque MMS-2156

Recto de la pochette du disque 7" MMS-996, édition italienne

Recto de la pochette du disque 7" MMS-996, édition anglaise/USA