Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Mise à disposition du contenu de mes pages selon les termes de la «Licence Creative Commons Attribution» *** Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) *** *** NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) ***
Veuillez cliquer ici pour accéder à mon RSS FEED
Veuillez cliquer ici pour m'emvoyer un message avec vos remarques!
Haut de page
Retour sur la page d'accueil de mon site - OUVRE UNE NOUVELLE FENÊTRE)
Sondra BIANCA, cliquer pour une vue agrandie
Étiquette recto du disque «Musical Masterpiece Society» MMS-161, cliquer pour une vue agrandie
Étiquette verso du disque «Musical Masterpiece Society» MMS-161, cliquer pour une vue agrandie
Walter GOEHR, cliquer pour une vue agrandie
Recto de la pochette du disque «Musical Masterpiece Society» MMS-161, cliquer pour une vue agrandie
Kopf Bild Goehr 155 250
George GERSHWIN
Concerto en fa pour piano et orchestre
Sondra BIANCA
«Orchestre Symphonique Concert Hall»
Walter GOEHR, 1956 ou 1957

George Gershwin a composé le concerto en fa pour un orchestre symphonique - et non pour une pseudo-formation de jazz. Il l'a orchestré lui-même, c'est sans doute son oeuvre orchestrale la plus ambitieuse. Lorsqu’il commença à le composer, durant l’été 1925 - suite à une commande du chef d’orchestre Walter Damrosch, directeur de la Société Symphonique de New York, il avait l’intention de l’appeler «Concerto de New-York». Dans ses notes de programme pour la première audition, il écrivit que le premier mouvement, dominé par un rythme de charleston, était «rapide et pulsatif, représentant le jeune esprit enthousiaste de la vie américaine». Selon Gershwin, le mouvement lent était une vue nocturne de la ville, remplie de l’esprit du blues «mais dans une forme plus pure». Les «rythmes orgiaques» du finale passent en revue les émotions enthousiastes du premier mouvement mais dans une forme plus élémentaire.

L'oeuvre est un concerto de forme presque orthodoxe avec un premier mouvement en forme sonate et un finale en rondo encadrant un nocturne comme mouvement lent. Son langage musical est direct et séduisant, puisant abondamment parmi la grande variété de danses populaires de l’époque; plusieurs thèmes sont du Gershwin typique, de même que certains des traits hétérodoxes: utilisation d’un thème de charleston (danse populaire des années 20) dans l’ouverture du premier mouvement, le deuxième mouvement fait appel à une trompette bouchée, telle qu'elle était utilisée dans les formations de jazz de cette époque; le solo de trompette du début est accompagné par trois clarinettes endossant le rôle du saxophone. Le finale est une toccata énergique, avec des rappels partiels du premier mouvement ainsi que des références au ragtime. Son orchestration lui valut notamment l’admiration de Stravinski et de William Walton, tous deux la considérant comme très brillante.

Après une lecture d’orchestre avec Damrosch (qui suggéra quelques modifications et coupures), le concerto fut donné en première audition par le compositeur dans un Carnegie Hall bondé, le 3 décembre 1925. "[...] Les critiques de sa première performance furent mitigées, certains critiques trouvant que le morceau n’était ni un bon morceau de musique classique, ni du bon jazz, et beaucoup critiquèrent son manque apparent de structure et sa maîtrise limitée des techniques de développement. Une déception distincte se fit ressentir sûrement parce que cette oeuvre avait été très attendue. La perspective la plus modérée fut peut-être celle de Samuel Chotzinoff, qui écrivit dans le New York World le jour après la première représentation: que bien que Gershwin n’était peut-être pas doué en matière de structure musicale et que tandis qu’il était “audacieusement irresponsable et qu’il écrit, apparemment, tout ce qu’il ressent, sans aucune discrimination”, Chotzinoff admira néanmoins son “génie” pour avoir réussi à capturer l’esprit de l’Amérique dans sa composition musicale “sans la moindre trace de conscience de soi et avec le plaisir nullement décontenancé de la stridence, des gaucheries, de la joie et de l’excitation de la vie alors qu’elle est vécue ici et maintenant.” [...]" cité s'un texte de Mervyn Cooke, publié en 2013 dans la brochure du CD Chandos CH 5128.

Recto de la pochette du disque «Musical Masterpiece Society» MMS-161
Recto de la pochette du disque «Musical Masterpiece Society» MMS-161
Walter GOEHR dirige ici un orchestre nommé «Orchestre Symphonique Concert Hall», la soliste est Sondra BIANCA. L'identité exacte de l'orchestre est restée inconnue, bien qu'il soit d'excellente qualité.

L'enregistrement paraît sur le disque Musical Masterpiece Society (resp. Guilde Internationale du Disque ou nom semblable, selon le pays) MMS-161 en 1956 ou 1957, le dernier MMS 10" (25 cm) listé dans le 3e Supplément du WERM - couvrant la période 1953-1955 - étant le MMS-130.

Voici donc...


George Gershwin, Concerto en fa pour piano et orchestre, Sondra Bianca, «Orchestre Symphonique Concert Hall», Walter Goehr, 1956 ou 1957

   1. Allegro           11:40 (-> 11:40)
   2. Adagio            08:55 (-> 20:35)
   3. Allegro agitato   06:33 (-> 27:08)

Provenance: MMS-161

que vous pouvez obtenir en....

pour un téléchargement libre, depuis mon site

3 fichiers FLAC, 2 fichiers CUE (*) et 1 fichier PDF dans 1 fichier ZIP

(*) 1 fichier CUE pour les fichiers décomprimés en WAV et 1 fichier CUE pour les fichiers comprimés FLAC, si votre logiciel peut utiliser directement les fichiers FLAC.


Étiquette recto du disque «Musical Masterpiece Society» MMS-161
Étiquette recto du disque «Musical Masterpiece Society» MMS-161


Étiquette verso du disque «Musical Masterpiece Society» MMS-161
Étiquette verso du disque «Musical Masterpiece Society» MMS-161


Walter GOEHR

Walter GOEHR, date ??, lieu ??, photographe ??: si une personne visitant cette page devait en savoir plus, toutes informations m'intéressent -> Vos remarques!